En français

Ces gens sur l’île d’Ocracoke

Par Tatiana Orozco-Rodriguez

Pour la plupart des gens, Ocracoke évoque des images de vacances ensoleillées, de  pieds nus dans le sable tiède, de gens téméraires faisant des pirouettes sur un kite ou bien d’une table garnie de fruits de mers avec des gens qui placotent autour d’une bonne bière.

Il est facile pour moi d’imaginer l’île d’Ocracoke telle qu’elle vient d’être décrite même si j’ai passé 4 jours sous une pluie torrentielle lors de mon séjour au début du mois d’août.  Eh oui ! Figurez-vous qu’en fait je n’ai profité que de quelques heures de soleil pendant la traversée en ferry à partir de Swan Quarter. Le reste du temps, il a plu abondamment ce qui nous a limité sur la panoplie d’activités offertes sur cette charmante île. Un des souvenirs que je garde d’Ocracoke c’est de m’endormir au son de la pluie tombante et  des croassements de grenouilles. Ces deux sons, le premier apaisant et l’autre infernal, se mélangeaient dans une même mélodie jusque dans mes rêves avant de sombrer dans les bras de Morphée.

Vous demandez-vous comment je me suis retrouvée sur cette île de l’Atlantique ? Un de mes amis, Richard, avait conduit son Eurovan en traînant son catamaran Prindle afin de faire de la voile tout l’été. Il m’invita à aller le rejoindre avec un autre ami en nous disant que c’était un coin de paradis perdu. Là-dessus je suis complètement d’accord, même si nous n’avons pas connu la véritable Ocracoke ensoleillée.

Ne vous méprenez pas cependant ! Même si le soleil n’était pas au rendez-vous, je dois vous avouer que j’ai passé des journées inoubliables. Des journées à me promener en vélo tandem dans la ville sous la pluie avec des gens de tous les coins des États-Unis. Une de mes soirées préférées est quand nous sommes partis à la recherche de plancton phosphorescent.  Nous avons pris nos bicyclettes rouillées et nous avons pédalé sous la lumière seule des étoiles et de la lune. Nous avons traversé un nuage de lucioles pour terminer à la plage à côté de l’aéroport. Nous avons marché jusqu’à la plage pour y trouver…absolument rien ! Le plancton n’était pas de la partie mais nous avons trouvé plusieurs crabes qui ont bien voulu nous divertir quelques instants.

Je n’oublierai pas non plus nos soirées passées au DAJIO ou au Gaffers à écouter de la musique live et à manger des pizzas faites sur mesure. Nous avons aussi réussi à faire un peu de catamaran sur une mer relativement calme. Nous sommes allés visiter quelques musés et galeries d’art quand les journées se faisaient trop capricieuses. Nous avons goûté à l’excellent pain artisanal de la boulangère vendu dans le Community Store.  Nous avons passé un après-midi dans le local de la radio communautaire (WOVV,  en ligne à wovv.org)  à écouter une rediffusion de l’émission francophone à laquelle mon ami québécois a participé et partagé ses chansons préférées issues de notre province avec Peter Vankevich, un bon ami du Québec.

Pour moi, c’est définitivement les gens que nous avons rencontrées qui ont fait la différence. C’est ces gens sur Ocracoke qui ont rendu la pluie agréable et euphorisante. La bonté et la générosité de toutes les personnes que j’ai connues sont les souvenirs qui resteront gravés dans ma mémoire.

Est-ce que j’y retournerais ? Bien sûr ! Mais je regarderais la météo avant cette fois ! 

Categories: En français

Tagged as: