En français

Petit paradis du voyageur en quête d’une expérience authentique,

lighthouse-anthony-brunelles-dsc_0481-2

Le phare d’Ocracoke. Photo par Anthony Brunelle

Par Anthony Brunelle

J’ai entendu parler vaguement d’Ocracoke il y a maintenant trois ans environ quand un couple d’amis à moi y avait séjourné tout à fait par hasard.

Je savais qu’ils y étaient retournés à plusieurs occasions, mais ils voyagent tellement que je n’avais pas fait de cas en particulier de cet endroit. Un jour, il m’on parler qu’ils louaient une maison sur cette magnifique île pendant l’été 2016 et qu’ils m’invitaient à les rejoindre.

Anthony Brunelles

Anthony Brunelle

J’étais supposé les rejoindre avec un ami commun, mais coup du sors personne ne pouvait m’accompagner dans cette petite aventure. Comme je n’ai pas souvent l’occasion ni l’envie de voyager, je dus me résoudre à faire le trajet seul. Le cœur léger, la tête pleine de rêves, j’entamais mon périple par un quinze heures de route sans presque m’interrompre. Moi qui voyage le plus clair du temps dans mes livres et par mon écran, je voyais défiler dans la même journée, l’Ontario, l’état de New York, la Pennsylvanie, le New Jersey, le Maryland, le Delaware. Puis par suite après un autre six heures de route le lendemain matin j’atteins finalement la Virginie et la Caroline du Nord.

Je dois avouer que je n’ai pas trouvé mon voyage déstabilisant de par son américanité. Ce ne fut pas avant d’atteindre un climat plus chaud que je commençais à sentir la distance que j’effectuais. Un peu inquiété par l’opulence révoltante de cape Hatteras, j’espérais que l’île d’Ocracoke serait quand même un peu moins artificielle et saturée d’opulentes constructions neuves et de véhicules de luxe. Je fus ravi de voir que le climat y était convivial et simple, pour ne pas dire chaleureux. La largeur des rues qui rend le déplacement par autos plus difficiles, ce qui encourage les alternatives. Les piétons, les bicyclettes et les voiturettes de golf sont inséparables à l’environnement. L’absence de lampadaire dans les rues laisse les nuits noires et le ciel recouvert d’étoiles comme on n’en retrouve pas sur le continent. Ce sont les menus détails comme ceux-là qui font de ce petit coin retiré où l’eau est chaude à souhait une expérience unique. Petit paradis du voyageur en quête d’une expérience authentique, simple, mais efficace.

Anthony Brunelle

Pour plus d’articles en français à propos de Ocracoke, cliquez ici.

silver-lake-anthony-brunelles-dsc_0489

Le havre Silver Lake. Photo par Anthony Brunelle

Categories: En français