En français

Un coup de foudre!

Annie Lawrence 2014-03-07 21.35.22

Francis Roy, Eva Roy and Annie Lawrence Photo Peter Vankevich

Veuillez voir Pockets of  Culture 

Par Annie Lawrence de St-Hugues au Québec

Nous avons découvert l’île d’Ocracoke tout à fait par hasard en août 2013. Nous n’avions pas entendu parler de cet endroit auparavant. Pour notre retour de vacances en Floride, nous voulions suivre la côte Est des États-Unis jusqu’au Québec. Nous nous sommes arrêtés dans un centre d’information touristique de la Caroline du Nord où une employée nous a proposé d’aller visiter l’île du célèbre pirate Barbe Noire.

Nous avons eu un souper mémorable sur la terrasse du Jolly Roger avec un coucher de soleil magnifique. Un peu plus tard, à l’entrée d’une boutique, nous avons été accueillis par un homme très sympathique qui s’est adressé à nous en français pour nous dire : « Bienvenue dans notre île formidable! » L’homme dont il est question est nul autre que Peter Vankevich. Nous avions tellement de questions à lui poser concernant la vie des insulaires et il a très patiemment répondu à chacune d’elles.

Notre séjour fut très court (1 seule nuit), mais nous avons tout de même fait quelques brefs arrêts (plages, sentier près du camping du National Seashore, Cimetière Britanique, etc.) avant de partir. Le paysage, les gens et l’ambiance nous ont charmés et nous avons quitté l’île en nous promettant d’y revenir un jour.

Ce jour est arrivé 6 mois plus tard.

Pendant la semaine de relâche scolaire (début du mois de mars), la plus âgée de mes filles et moi, nous devions aller rejoindre mon mari qui traversait les Everglades en canot. Évidemment, pour le voyage de retour, nous voulions passer par Ocracoke. Le temps était pluvieux, mais nous étions très heureux d’être là. Peter avait réuni des amies à lui pour un souper francophone auquel nous étions invités et nous y avons rencontrer des gens très chaleureux.

Malheureusement, notre 2e séjour ne fut pas plus long que le 1er (encore une seule nuit), mais l’envie d’y retourner est encore plus fort.

Je ne crois pas qu’on puisse se lasser de cet endroit et je me promets qu’un jour mon passage à Ocracoke sera plus long.

Par Annie Lawrence de St-Hugues au Québec